Rencontre avec Valentin Pringuay, fondateur du magazine Terra Incognita

Unknown.jpg

Aujourd'hui, nous accueillons Valentin, le fondateur du magazine Terra Incognita qui va à la rencontre d'entrepreneurs inspirants. Le magazine est désormais disponible dans 4 Anticafé : Beaubourg, République, La Défense et Station F.

 

Hello Valentin, qui es-tu, d'où viens-tu ?

Je suis entrepreneur et journaliste. Dès ma première expérience professionnelle, je me suis retrouvé dans une startup néerlandaise et je n’ai pas pu quitter ce monde. J’ai toujours eu une passion pour le storytelling. J’aime raconter des histoires et interviewer des entrepreneurs, c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour aller rencontrer des personnes passionnantes à longueur de journée. Sinon j’ai un parcours totalement bizarre. J’ai fait des études pour devenir bibliothécaire et je me suis retrouvé à devenir le premier employé de Presse-Citron, un média sur les nouvelles-technologies.

Terra Incognita, c'est quoi ?

C’est un magazine papier et web qui va à la rencontre des entrepreneurs. Nous voulons réinventer la relation entre un média et ses lecteurs et nous emmenons donc des lecteurs sur l’ensemble de nos interviews. Ils peuvent aussi venir à nos comités de rédaction ouverts où l’on définit ensemble la ligne éditoriale des futurs magazines. Notre objectif, c’est vraiment d’expérimenter de nouvelles manières de faire un média. 

Justement, comment on monte en magazine papier en 2018 ?

Avec un grain de folie. Cela peut sembler contre-intuitif de lancer un magazine papier aujourd’hui, mais cela a pas mal davantage. C’est rigoureux le papier, cela ne pardonne pas… cela te force à faire quelque chose de qualité dès le début, à ne pas bidouiller pour monter ton média en faisant ton logo ou tes photographies tout seul. Là je me suis immédiatement entouré d’un collectif de freelance avec un Directeur Artistique, des photographes, des illustrateurs, des journalistes. Et puis, cela installe ton média beaucoup plus rapidement que si tu faisais un média en ligne. Les gens te prennent plus au sérieux du simple fait que tu fais du papier. 

Une interview qui t'a particulièrement marqué ?

Il y en a tellement ! Je peux en citer une dizaine ? (rires). Mais plus sérieusement, je pense spontanément à celle de Joséphine Goube (CEO de Techfugees), à Jérôme Ruskin (fondateur d’Usbek & Rica), à Diane Dupré La Tour (fondatrice Les Petites Cantines), et à Tristan Nitot (ex-DG Mozilla Europe maintenant VP Advocacy chez Qwant) pour le prochain numéro. Mais je pourrais encore en citer tellement… l’aventure Terra Incognita, c’est une suite de rencontres inspirantes qui ne s’arrêtes jamais ! 

Quelle est ta plus grande fierté depuis que tu es entrepreneur ?

Je suis devenu papa il y a 11 mois… et je suis fier d’avoir pu concilier ma vie perso et ma vie pro. Je me défonce pour Terra Incognita… mais j’ai su rester très présent pour voir grandir ma petite fille. C’est vraiment ma plus grande fierté. 

Ton mantra ?

« Let’s go! »

Une sorte de cri guerrier, une invitation à aller de l’avant pour aller toujours plus loin. 

Si je te dis Anticafé, tu penses à quoi ?

Je pense à l’interview que l’on a pu réaliser de Leonid, le fondateur d'Anticafé (à lire ici). C’était une vraie belle rencontre et un beau moment de partage. Le genre de moment qui te donne une énergie de dingue pour déplacer des montagnes avec ta boîte. 

Merci Valentin ! :)